Le dessinateur et journaliste Charb, tué par des terroristes lors des attentats de janvier alors qu’il présidait une réunion de presse dans les locaux de Charlie Hebdo, avait l’habitude de dire qu’il était indécent de demander aux musulmans de se désolidariser publiquement de ceux qui commettaient des horreurs au nom de leur dieu, tant il était évident qu’il n’y avait pas d’amalgames possibles. Les propos de Charb restent toujours d’actualité aujourd’hui (encore plus même…), mais cela n’aura pas suffit à endiguer le torrent de haine raciste qui se déverse depuis les attentats sanglants de Paris. Dans ce climat tendu, des musulmans du monde entier et de toute nationalité ont participé à la campagne « #Pas en mon nom » (« Not in my Name »), une campagne qui permet de rendre compte de l’extrême diversité des hommes et des femmes qui composent la religion musulmane, loin du discours globalisant et xénophobe qui voudrait enfermer ces individus dans des cases préparées à l’avance. Il reste toujours aussi indécent de demander des comptes à ceux qui ne sont pour rien dans les massacres de ces derniers jours, mais au moins n’est-il plus possible après cette campagne de fermer les yeux sur la pluralité du monde musulman.

05-notinmyname

04-notinmyname

03-notinmyname

02-notinmyname

11-notinmyname

10-notinmyname

09-notinmyname

08-notinmyname

07-notinmyname

06-notinmyname

16-notinmyname

19-notinmyname

15-notinmyname

14-notinmyname

13-notinmyname

12-notinmyname

23-notinmyname

22-notinmyname

21-notinmyname

20-notinmyname

18-notinmyname

17-notinmyname

29-notinmyname

28-notinmyname

27-notinmyname

26-notinmyname

24-notinmyname

30-notinmyname